Play Off acte 1 DI 16.2.20

L’art de se compliquer la tâche

En inscrivant 19 points, Samantha Cash a été la meilleure pointeuse de Guin hier soir. © Charly Rappo

17.02.2020

Malgré son manque de constance, Guin a remporté l’acte 1 des quarts de finale contre Cheseaux (3-0)

PATRICK BIOLLEY

Volleyball » Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? C’est un peu la question qu’ont dû se poser les 514 spectateurs du Leimacker hier. Alors que Guin dominait sans commune mesure son adversaire vaudois dans l’acte 1 des quarts de finale de ligue A, Cheseaux a tout d’un coup profité d’un moment de flottement des Singinoises pour revenir de 20-15 dans le deuxième set à 20-19 puis 24-24 avant que Samantha Cash ne délivre le Leimacker à 26-24. «On aime bien les fins serrées, c’est une bonne publicité pour le volleyball», ironise Dario Bettello une fois la victoire 3-0 actée, non sans avoir encore souffert dans la troisième manche.

«Les retours de Cheseaux (il est aussi revenu de 18-9 à 21-18 dans le dernier set, ndlr) sont aussi liés aux rotations, analyse l’entraîneur. Après notre mauvais mois de janvier, il y a plusieurs joueuses qui, une fois dans les instants décisifs, hésitent. C’était très important de réussir à gagner ces deux sets tendus.»

Le temps de travailler

En mettant de côté ces deux fois dix minutes d’égarement, les Power Cats ont largement dominé leurs adversaires. C’est tout d’abord Ségolène Girard qui a montré la voie au service, puis la réception a repris le flambeau. Une arrière-garde méconnaissable comparé au mois dernier. Une arrière-garde qui n’a laissé aucune chance à Cheseaux. Encore fallait-il concrétiser les points et pour cela, Guin a pu compter sur l’ailière Simona Dimitrova et la centrale Samantha Cash. L’Américaine a inscrit 19 points, comptabilisé 71% à l’attaque et a bloqué 7 fois les Vaudoises. «Je ne peux que bien faire quand on me donne des bons ballons, sourit Samantha Cash. Avec de telles passes de Méline (Pierret, ndlr) et des bonnes défenses, tout devient plus facile.»

Là où les Singinoises ont dégoûté leurs adversaires c’est avant tout au filet. Avec 13 blocs pour Guin contre seulement 5 pour Cheseaux, la domination a été totale. C’est notamment grâce au travail de Ségolène Girard, Samantha Cash et Sarina Brunner que les Power Cats ont pu reprendre le match à leur compte dans le deuxième set. «A la différence du mois de janvier, nous avons eu une semaine entière pour nous préparer, dit Dario Bettello. A voir comment Cheseaux s’adaptera d’ici à la semaine prochaine. Mais c’est clair que si nous lui faisons autant de cadeaux chez lui (samedi prochain, ndlr), ce sera bien plus dangereux.»

Ne pas tergiverser

Car Cheseaux n’a pas pu montrer son meilleur visage, celui qui lui a permis de tenir la dragée haute à certains cadors du championnat. «C’est une équipe fun à jouer, mais qui peut nous poser beaucoup de problèmes, admet Samantha Cash. Elle défend très bien et on doit s’y reprendre à plusieurs fois pour concrétiser un point. Cela nous oblige à être créatives pour trouver la meilleure solution.» Avec une semaine devant elles, les Power Cats devront encore gommer les petites erreurs, notamment de placement. Car si le bloc s’est montré solide, il y a toujours des trous béants non gardés par la défense.

Reste que Guin, s’il continue sur cette lancée, ne devrait pas connaître de difficulté à se défaire de Cheseaux. Travailleur insatiable, Dario Bettello a un vœu pieux: terminer la série rapidement. «Ce serait l’idéal pour bosser la suite le plus sereinement possible.» Et la suite, en championnat, ce devrait être Sm’Aesch, facile vainqueur de Val-de-Travers samedi dans l’acte 1 de son quart de finale. Des Bâloises que Guin retrouvera dimanche prochain déjà pour la demi-finale de Coupe de Suisse. «Concentrons-nous sur le championnat d’abord, ce d’autant plus que nous avons rencontré Sm’Aesch il n’y a pas longtemps, c’est assez frais dans nos têtes», conclut le coach.

Guin – Cheseaux 3-0

(25-16 26-24 25-21) Leimacker: 514 spectateurs.

Guin: Granvorka, Cash (19), Pierret, Dimitrova (15), Girard (6), Brunner (12); Deprati; Sulser, Knutti. Entraîneur: Dario Bettello

Cheseaux: O. Haemmerli, Van Rooij (9), Oseghale (9), Dancheva (6), Rightnowar (16), Lavanchy; M. Haemmerli; Schnetzer, Trezzini, Pittet, Simic. Entraîneure: Doris Stierli Hammerli.

Notes: Guin sans Elena Steinemann.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code