Guin – Cheseaux La Liberté 19.11.20

Des Power Cats à deux visages

pictogramme abonné La Liberté 

Les Singinoises (ici Samantha Cash à gauche) ont eu toutes les peines du monde à passer la muraille adverse. Charles Ellen

Guin a alterné le très bon et le plus mauvais lors de la victoire d’hier face à Cheseaux

PATRICK BIOLLEY

Volleyball » Docteur Guin et Mister Power Cats. Les Singinoises ont montré deux faces hier soir dont une qui n’a pas été belle à voir, même si la victoire est tombée du côté singinois (3-1). Le plus beau visage a été celui du premier set, quand tout leur a réussi. L’entame de match a néanmoins été manquée par la faute d’Inès Granvorka. L’ancienne capitaine, passée à Cheseaux cet été, a pris un malin plaisir à tout renvoyer. Une défense de fer qui a permis aux Vaudoises de mener 1-5 rapidement. Mais, parce qu’il y a souvent un «mais», le félin singinois est coriace et a sorti les griffes. C’est tout d’abord par Trine Kjelstrup, autrice de 28 points hier soir, qu’est venue la révolte. Une série de six services plus tard et Guin était passé devant. Elena Steinemann a pris le relais à 6-6 pour ne plus lâcher la ligne arrière avant que le score n’indique 13-7. Une démonstration qui s’est conclue à 25-12. Avec passablement de relâchement sur la fin, puisque les Singinoises ont galvaudé quatre balles de set.

Mais il y a aussi eu la face sombre, celle des trois autres sets. Trois? Oui, car après avoir gagné six de ces sept matches 3-0 cette saison, Guin s’est laissé aller à des erreurs bêtes, à un service moins bon, à une stabilité qui déraille sous les coups de boutoir d’une défense adverse énergique. «La nouveauté, c’est l’enjeu, résume Dario Bettello, l’entraîneur. Quand tu n’as plus l’habitude de vivre des sets aussi serrés, tu es crispé, tu fais la faute et tu donnes l’espoir à l’adversaire.» Les statistiques sont implacables et pointent du doigt là où le bât a blessé: le service. Six points obtenus à l’engagement en première manche, seulement quatre dans les trois autres sets. «Nous avons peut-être pris moins de risques, ose Méline Pierret. Au début, nous avons servi sur Inès (Granvorka, ndlr), puis nous avons changé de cible, cela n’a pas forcément fonctionné.»

Des étrangères décisives

Autre chose qui a moins bien fonctionné, la relation entre la passeuse et les centrales. Beaucoup d’erreurs de communication ont coûté des points importants. «Cela fait une semaine que le timing est moins bon, admet la passeuse Méline Pierret. J’étais un peu tendue aussi en entrant au deuxième set. Il y avait aussi un déficit de confiance de ne pas commencer le match.» Le coach, lui, ne veut pas blâmer l’une ou l’autre de ses joueuses: «Oui, nous avons parfois forcé et avons été moins précis.»

Le point de satisfaction est venu de Trine Kjelstrup et Rachel Giustino. A elles deux, la diagonale danoise et l’ailière américaine ont cumulé plus de la moitié des points des Power Cats. Guin sait qu’il peut compter sur ses étrangères de choc.

Déplacement à Bâle

Les Singinoises peuvent aussi tirer du positif de l’adversité rencontrée hier soir: elles seront en jambes pour le duel au sommet de dimanche (18 h) à Aesch, face au leader du championnat. «Au final, nous prenons les trois points et nous avons joué un set supplémentaire. Ce n’est que du bonus pour dimanche», estime Dario Bettello. «Il ne faut pas oublier que nous n’avons pas joué un vrai match depuis trois semaines, il faut reprendre un peu le rythme», rappelle également Méline Pierret qui avait d’ailleurs brillé lors de la victoire probante face à Schaffhouse. De là à imiter la performance face à Sm’Aesch, il y a encore un pas. Et pour surprendre les Bâloises, Guin devra montrer son meilleur visage tout en espérant que la face sombre ne pointe, cette fois, pas le bout de son nez.

Guin – Cheseaux 3-1

(25-12 23-25 25-20 25-23) Leimacker: huis clos.

Guin: Giustino (18 points), Sulser (5), Kjelstrup (28), Steinemann (11), Cash (12), Mebus (1); Deprati; Wieland (2), Pierret (2), Zurlinden (0). Entraîneur: Dario Bettello.

Cheseaux: O. Haemmerli (3), Van Rooij (15), Wolowicz (15), Texeira da Silva (10), Granvorka (7), Lavanchy (2); M. Haemmerli; Kostadinova (2), Freymond (0), Castro (0), Schnetzer (0), Simic (0). Entraîneure: Doris Stierli-Haemmerli.

Résultat et classement

Schaffhouse – Genève 3-0

1. Aesch-Pfeffingen 8 8 0 0 0 24- 1 24

2. Guin 7 6 0 1 0 20- 4 19

3. Neuchâtel 7 3 2 1 1 17-12 14

4. Schaffhouse 6 4 0 0 2 12- 7 12

5. Cheseaux 7 2 1 1 3 13-15 9

6. Franches-Montagnes 7 2 1 0 4 11-15 8

7. Lugano 5 1 1 1 2 10-11 6

8. Toggenburg 6 1 0 0 5 3-16 3

9. Val-de-Travers 4 0 0 1 3 2-12 1

10. Genève 7 0 0 0 7 2-21 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code