Close

Not a member yet? Register now and get started.

lock and key

Sign in to your account.

Account Login

Forgot your password?

SOUVENIRS

Publication: le lundi 14 décembre 1998

La disette continue pour Cheseaux

SIMOND GILLES

La disette continue pour Cheseaux VOLLEYBALL / Les Vaudoises enregistrent leur huitième défaite en neuf rencontres.«Au moins nous savons que nous pouvons encore gagner un set!» A l’issue de la 2e manche, Doris Stierli n’hésitait pas à faire un peu d’humour au second degré, histoire de doper le moral de ses troupes. Il est vrai que Cheseaux sortait d’un mois de disette. Malheureusement, une hirondelle ne fait pas le printemps en novembre, et pour ce qui est de la victoire finale, il faudra attendre encore. Sur ce plan, les Vaudoises sont en manque depuis le 7 novembre. Deux points en neuf parties, le bilan est bien étriqué pour un club qui imaginait se battre parmi les quatre premiers. Avec l’embellie que connaît Genève-Elite depuis l’arrivée de la Cubaine Carvajal, Cheseaux ne devance plus que les néopromues de Franches-Montagnes.La partie avait débuté dans la cocasserie «hénaurme»: c’est le footballeur du LS Oscar Londono qui avait mis la balle en jeu, et Cheseaux avait perdu l’échange dans la bonne humeur. Ce qui n’empêcha pas le premier arbitre, sérieux comme un pape, d’attribuer le point à Köniz! Il faillit même infliger un carton jaune à Doris Stierli pour réclamation! Après conciliabule, M. Schiemenz finit tout de même par reconnaître son manque d’attention et siffler le vrai début de la partie.Réception en causeCe que l’on a vu durant les premières minutes a pu laisser croire qu’en effet, Cheseaux avait tourné la page de la série noire. Quelques beaux contres sont venus récompenser sa concentration. Malheureusement, dans ce set comme les suivants, la réception a une nouvelle fois été la base de tous les malheurs de Francine Courtat et ses coéquipières. Elles ont commencé par perdre pied sur les excellents services de l’Américaine de Köniz Kara Galer (de 8-4 à 8-7), pour finalement encaisser 11 points consécutifs! Et les multiples changements opérés par Doris Stierli n’ont servi à rien.Plus percutantes au service – notamment par Aïda Shouk, 16 ans – les filles de Cheseaux ont, en revanche, su maîtriser le retour de Köniz dans le second set (de 10-5 à 10-10, pour finir par s’imposer. Grâce notamment à l’incroyable retour sur le terrain d’Oxana Nossatch. Incroyable mais vrai: Oxana a mis au monde une fille il y a moins de deux mois, et, à peine le coup de sifflet final retenti, elle filait vers les coulisses pour l’allaiter! Si ce n’est pas du dévouement à son club!La fin de la partie s’est révélée moins rose: toujours en délicatesse avec sa réception, Cheseaux vit filer la partie, obligeant la passeuse Leila Chaignat à d’improbables contorsions. Köniz ne se faisant pas défaut d’exploiter la taille modeste de cette dernière au bloc, Doris Stierli prit l’option de la sortir, passa en 4-2, Bakaldina et Shouk alternant à la distribution. L’équipe se mit à lutter, sauvant d’innombrables balles de troisième set. Mais le mal était fait. Köniz avait pris confiance – ce qui n’était pas évident en début de rencontre – et put encore appuyer ses mises en jeu. Nouvelle défaite au goût amer pour Cheseaux, car les Bernoises n’étaient pas hors de portée.

Gilles Simond

Ajoutez un commentaire